Soutenance de mémoire en Haïti: le harcèlement sexuel, un handicap majeur pour les étudiantes

Les étudiants haïtiens ont consenti à beaucoup de sacrifices pour arriver à boucler leur cycle d'études. Ce, malgré certaines contraintes comme troubles politiques, insécurité, absences des professeurs, mauvaise qualité de la formation, manque d'infrastructures, etc... Cependant, l'un des handicaps majeurs qui se pose est la soutenance de mémoire de sortie. Difficile de trouver un patron disposé et disponible. Certains professeurs d'université sont plus intéressés à encadrer les jeunes filles dans le but de satisfaire leurs désirs charnels. D'où, le harcèlement sexuel est un grand obstacle, un handicap pour les étudiants, en particulier les étudiantes.

Crédit Photo: Telquel
Soutenance de mémoire en Haïti: le harcèlement sexuel, un handicap majeur pour les étudiantes

Le harcèlement sexuel au sein des universités publiques et privées en Haïti est une réalité peu évoquée. Pourtant c'est un fait très courant dans presque toutes les universités. 

Malheureusement, il y a des professeurs, des doyens et des recteurs malhonnêtes et corrompus, dans presque toutes les universités, qui profitent de leurs fonctions pour abuser des jeunes étudiantes.

Sachant bien ce que ce problème criant peut causer aux étudiantes. Une situation offensante, qui peut conduire à abandonner l'université et à renoncer à leurs rêves. La violence basée sur le genre dont le harcèlement sexuel peut conduire aussi à l'automutilation.

Fort souvent ces étudiantes se sentent désapointées, humiliées, traumatisées et abimées. 

Des patrons de mémoire, qui, sans gêne, dès la première rencontre avec l'étudiante, commencent à la féliciter pour sa beauté physique, se disent prêts à l'encadrer à la seule condition qu'elle devienne sa copine ou elle doit assouvir ses besoins sexuels. 

D'après des témoignages, certaines étudiantes ont passé plus de 2 ans sans pouvoir présenter leur mémoire de sortie parce qu'elles n'acceptent pas l'offre de leur patron de mémoire. Des enseignants sans éthique et sans pudeur, utilisant la contrainte et la menace pour parvenir à leurs désirs charnels. 

Le cas d'une étudiante déçue et humiliée, qui s'était obligée, après tant de luttes, à coucher avec son patron de mémoire, larmes aux yeux sur le lit d'un hôtel, pour pouvoir enfin préparer son mémoire, mais à la fin, avant la dernière correction, le patron l'a contraint de coucher avec lui à nouveau. C'était sa condition pour finir avec le travail et être présent le jour de la soutenance. Vous pouvez donc imaginer la douleur profonde ressentie par cette étudiante! Que c'est triste!

Le harcèlement sexuel est un mal qui ronge la société depuis des années. Ça commence dès le secondaire, atteint le plus haut niveau à l'université pour enfin atteindre le sommet dans des entreprises commerciales comme dans l'administration publique. Cette pratique indécente et haineuse est très préoccupante et avillissante. Pourquoi ce silence sur ce dossier criant au sein des universités? Des enseignants obsédés, addictés aux plaisirs charnels, utilisant des pratiques corrompues: "sexe contre bonnes notes".

Nous faisons appel à la conscience des personnes responsables des rectorats des l'universités et du Ministère de l'Education Nationale. Pourquoi ne pas disposer d'une cellule ou d'un mécanisme moral de lutte contre le harcèlement sexuel à l'Université? Pourquoi ne pas mettre des dispositifs et des procédures d'accompagnement en place, pour les étudiants et étudiantes victimes de harcèlement sexuel? Pourquoi ne pas sanctionner les enseignants immoraux pour manque d'intégrité?

Nous voulons surtout attirer l'attention des autorités compétentes, des Organisations de promotion et défense des droits humains, des Organisations féministes, sur la nécessité d'intervenir sur ce dossier brûlant, afin de limiter les dégâts.

Combien d'étudiantes devront encore subir et souffrir de harcèlement sexuel? Combien de victimes devons-nous compter?

Zéro tolérance pour toutes formes de harcèlement sexuel! Ne restez pas en silence. Criez: Stop au harcèlement dans les universités!

 

 

 

Ruben Isma


Aucun commentaire

Contributions

Aucun commentaire !

Soyez le premier à commenter cet article.

Même rubrique

Les articles de la même rubrique


Adje Kouzen!

Abonnez-vous à notre infolettre

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification par e-mail de chaque nouvel article.

Rejoignez les 3 060 autres abonnés!

Appuyer sur la touche "Entrée" pour effectuer une recherche.

Articles populaires

Paramètre du site

Thème