L'OJH plaide pour l'inclusion du secteur jeunesse dans les organes de gestions de la transition

Dans une correspondance adressée au Conseil Présidentiel de Transition, l’Observatoire de la Jeunesse Haïtienne (OJH) rappelle la nécessité de tenir compte des aspirations des jeunes et de leur participation dans les mécanismes de prise de décision de la Transition.

L'OJH plaide pour l'inclusion du secteur jeunesse dans les organes de gestions de la transition

Haïti est l'un des pays de l'hémisphère où la proportion de jeunes est la plus élevée. Paradoxalement, les jeunes qui constituent la frange majoritaire de la population haïtienne, est trop souvent mise au rancart dans les processus politiques et les processus de prise de décision. Alors que le pays vit le moment le plus sombre de son histoire, pour redresser la situation personne ne devrait être laissée de côté. Surtout pas les jeunes qui représentent une part importante de la population. Pourtant, l'Observatoire de la Jeunesse Haïtienne (OJH) dans son rapport d'analyse de la place accordée à la jeunesse haïtienne par l’Accord du 30 août 2021 de la Commission pour une Solution Haïtienne à la Crise et l’Accord politique pour une gouvernance apaisée et efficace de la période intérimaire du Premier Ministre Ariel Henry publié au journal officiel Le Moniteur le 17 septembre 2021 a mis en évidence l'exclusion et la sous-représentation de la jeunesse.

 

Convaincue que « la conjoncture est certes inédite, mais l’inclusion de tous les secteurs peut en faire une opportunité historique de redressement national », l'OJH a écrit au Conseil pour lui rappeler que les jeunes ont aussi leur mot à dire. L'organisme qui avait documenté la position de la jeunesse haïtienne sur le débat relatif à la date de fin de mandat de feu Président Jovenel dispose de sérieux atouts qui font de lui le porte-parole du secteur de la jeunesse.

 

« Forte de sa représentation nationale, soit de 214 structures de jeunes partenaires au niveau des 10 départements et de sa position stratégique, l’Observatoire est, en Haïti, un point focal sur les questions touchant la participation politique des jeunes dans la vie publique. Auprès de nombreux acteurs étatiques et internationaux, OJH est un organisme de la société civile haïtienne de premier plan ayant contribué à la formulation et la mise en œuvre de politiques d’intégration des jeunes. Ce, dans l’objectif de faire des jeunes des acteurs du présent et du futur » rappelle l'OJH aux membres du Conseil.

 

Luttant pour l'inclusion des jeunes l'OJH a rappelé aux membres du Conseil, « deux résolutions majeures, de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) et l’Organisation des États Américains (OEA), demandent aux acteurs de prendre en compte la participation des jeunes » : la Résolution de 2699 du Conseil de Sécurité des Nations Unies (ONU) adoptée en 2023 et la Résolution de l’Organisation des Etats Américains (OEA) adoptée en 2024. L'OJH a aussi attiré l'attention des membres du Conseil Présidentiel de Transition sur d’autres « instruments juridiques internationaux faisant corps au corpus juridique haïtien qui traitent de la participation politique des jeunes ». Il s'agit de: La Résolution 2250 des Nations Unies sur la jeunesse, la paix et la sécurité adoptée en 2015; La Résolution sur la « Participation des jeunes au processus démocratique » adoptée par l’Union Inter Parlementaire, signée par Haïti en 2010 ; La Conférence Internationale sur la Population et le Développement, où Haïti s’est engagée et Le Programme d’action de Doha des pays les moins avancés adopté et approuvé en 2022 par l’Assemblée générale de l’ONU.

 

Engagé depuis près d'une décennie dans le plaidoyer pour l’effectivité de la participation politique des jeunes en Haïti, l'OJH a déjà obtenu certains résultats. Parmi eux figurent sa contribution à l’adoption par Haïti de plusieurs engagements en matière de participation politique. Ainsi dans la logique de la continuité de ses interventions, l'OJH souligne aux membres du Conseil « que le Cadre de Coopération des Nations Unies pour le Développement Durable en Haïti adopté en 2023, et couvrant la période 2023-2027 prévoit dans les Priorités stratégiques #1, Plusieurs étapes sont nécessaires pour consolider et renforcer le processus démocratique. (…) Ce processus devra reposer sur un dialogue national continu et inclusif parmi toutes les parties prenantes, y compris la société civile, la classe politique, le secteur privé, les autorités nationales, avec la participation pleine, égale et réelle des femmes et des jeunes. »

 

Par cette démarche qui vise à « garantir la prise en compte des jeunes dans les processus de décisions, conformément aux engagements internationaux pris par Haïti et au Principe de Ne laisser personne de côté adopté par les Etats Membres des Nations Unies » l'OJH appelle à « la représentation du SECTEUR DE LA JEUNESSE dans tous les organes qui seront ouverts à la société civile, l’adoption et la mise en œuvre d’initiatives et de politiques publiques ciblant particulièrement la jeunesse à partir de la formule « Rien pour les jeunes sans les jeunes » ».

 

Dans cette correspondance authentifiée par des membres du Directoire de l'OJH comme Cliffton SYLVAIN (Secrétaire à la Communication), Michelet DESULME (Secrétaire aux Affaires Civiques/Politiques) et Stanley AUGUSTIN (Secrétaire Général), l'OJH rappelle que « plus de 65% de la population est présentement âgée de moins de 35 ans, donc jeune. L’exclusion et la vulnérabilité socioéconomique de cette catégorie sociale fait d’elle une réserve abondante pour les artisans de l’instabilité et de la violence. Par conséquent, il s’avère évident que la réussite de toute transition présentement en Haïti, tout au moins, tout projet de développement durable ne peut passer outre de la participation des jeunes dans les mécanismes de prises de décision et des politiques publiques à l’égard de ce pan important de la population. »

 

Le Premier Ministre a.i Patrick BOISVERT; la Présidente du Conseil de Sécurité des Nations Unies, Mme Vanessa FRAZIER; le Secrétaire Général de l’OEA, M. Luis ALMAGRO; le Président de la CARICOM, M. Mohamed Irfaan ALLI, la Cheffe du Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti BINUH, Mme. María Isabel SALVADOR, la Coordonnatrice Résidente des Nations Unies en Haïti, Mme. Ulricka RICHARDSON, les Parties prenantes des Accords politiques, la Société civile haïtienne et la Presse ont tous reçu une copie conforme de la correspondance datée du 4 avril 2024. 

 

Délaissée, la jeunesse haïtienne réclame son droit de participer au processus visant à lui garantir un avenir meilleur. Aux acteurs de ne plus continuer à faire la sourde oreille.

 

Annie FRANÇOIS


Aucun commentaire

Contributions

Aucun commentaire !

Soyez le premier à commenter cet article.

Même rubrique

Les articles de la même rubrique


Adje Kouzen!

Abonnez-vous à notre infolettre

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification par e-mail de chaque nouvel article.

Rejoignez les 3 060 autres abonnés!

Appuyer sur la touche "Entrée" pour effectuer une recherche.

Articles populaires

Paramètre du site

Thème