À la recherche du leader !

La situation de la jeunesse haïtienne est en bon nombre de points similaire à celle des personnages du roman de Jacques Roumain. Comme les habitants de Fonds-rouge dans « Gouverneurs de la rosée », la jeunesse doit tenter de survivre dans un contexte difficile. Les actions aux conséquences dévastatrices de certains aînés et l’inaction des autres ont contribué à faire de ce pays, au doux climat tropical, un enfer que beaucoup cherchent à quitter à tout prix.

À la recherche du leader !

Comme dans le roman considéré comme un classique de la littérature haïtienne, les temps sont durs ! En plus des conséquences de la coupe effrénée des arbres, de la pauvreté, la génération post 86 (qui d’ailleurs n’est plus aussi jeune qu’on veule le lui faire croire) est confrontée à la misère, au chômage, à l’insécurité alimentaire, à l’inflation galopante, à la dégradation de l’environnement ainsi qu’à la détérioration du climat sécuritaire marquée par des massacres, des exécutions, des kidnappings, des viols etc. Comme si cela ne suffisait pas, la société est plus que jamais divisée. Des clans politiques, des cliques économiques s’affrontent. Et, cette guerre que ces fractions se livrent depuis des lustres est parfois d’une stupéfiante violence.

Comme Manuel, la jeunesse du pays veut apporter sa contribution au redressement de la situation. Grace à sa formation, grâce à l’internet, elle se croit mieux outillée pour proposer et appliquer des solutions efficientes et durables aux maux du pays. Elle cherche à se faire écouter ! Elle cherche un leader qui pourra utiliser cette ressource disponible, canaliser son apport et obtenir un résultat efficace.

Fort des déshuilions, filles du comportement des leaders qui se souviennent de la jeunesse à chaque élection. Abasourdie par le constat que bon nombre de leaders ne cherchent qu’à se mettre à l’abri du besoin. La jeunesse, pas aussi dépravée qu’on cherche à l’en persuader, se cherche des repères, est à la recherche de modèles. Dans cette quête, les héros de l’indépendance semblent parfois trop éloignés d’eux ! Plus de deux siècles les séparent de ces hommes et femmes de courage qui ont érigé la première République noire aux yeux du monde. Ceux qui ont fait de « Liberté, Égalité et Fraternité » la réalité objective de tous les haïtiens semblent si loin ! Les leaders contemporains sont à leurs yeux logés à la même adresse ! Ce sont tous des corrompus, vendus, des serviteurs de l’élite économique et des impérialistes. Que faire dans ce cas ?

Cherchant à combler le vide, certains ont jeté leur dévolu sur Patrice Lumumba, Fidel Castro, Hugo Chavez etc. Depuis sa récente intervention au deuxième Sommet Russie-Afrique, Ibrahim Traoré, le Président de la Transition du Bukina Faso, est le coup de cœur de bon nombre de jeunes haïtiens. Ce militaire et homme d'État burkinabè, coche toutes les cases de certains jeunes. Des extraits des interventions de cet homme, né en 1988, sont diffusés en boucle sur les réseaux sociaux. Aucun doute qu’il est adulé par ses cousins haïtiens. Certains vont-ils s’inspirer de lui ? Une « génération consciente » pourra-t-elle prendre les rênes du pays ? La prochaine génération devra-t-elle aller chercher ses modèles sous d’autres cieux ?

L’avenir n’est pas ce qui va arriver mais ce que nous allons en faire. (Henry Bergson)

Stevens JEAN FRANÇOIS


Aucun commentaire

Contributions

Aucun commentaire !

Soyez le premier à commenter cet article.

Même rubrique

Les articles de la même rubrique


Jan bwè, jamè sou!
Avis de décès
Charivari!
Me diri a!
Yo koken, yo mètdam
Veye Jèvilòm!
Ariel chanpyon!

Abonnez-vous à notre infolettre

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification par e-mail de chaque nouvel article.

Rejoignez les 3 060 autres abonnés!

Appuyer sur la touche "Entrée" pour effectuer une recherche.

Articles populaires

Paramètre du site

Thème