18 mai: l'Université la grande absente!

Pour marquer son refus contre l'occupation et la dépendance d'Haïti, Dantès Bellegarde avait proclamé l’Université gardienne du Drapeau! Ce 18 mai, malheureusement avec moins de panache, nous commémorons le 221e anniversaire de la création de notre drapeau national. Dans ce contexte particulier de crise multiforme, la symbiose Drapeau-Université est mise de côté.

18 mai: l'Université la grande absente!

Jodia drapo ble e wouj la ap flote. An Ayiti tankou nan dyaspora a, anpil moun, anpil kominote ap selebre kreyasyon drapo nasyonal la, senbòl inite nasyonal. Jodia n ap sonje kòman zansèt yo te dakò met tèt yo ansanm nan Kongrè Akayè epi te deside met enterè ti klan yo sou kote pou goumen ansanm, pou goumen yonn pou lòt pou n ka gen peyi sa kòm eritaj.

Religieusement,nous célébrons l'étendard national. Nous commémorons la création de ce symbole de notre souveraineté alors que nous attendons impatiemment la venue d'une mission internationale de soutien à la sécurité. Nos divisions internes, les actions de certains, le laxisme d'autres, l'instabilité politique et tant d'autres facteurs ont miné les initiatives prises pour changer la réalité de notre souveraineté limitée, de présence étrangère visible et invisible. Notre réalité n'est-elle pas la négation de tout le symbolisme de notre bicolore?

Notre Drapeau, nous ne pourrons nous lasser de le crier, est le symbole par excellence de notre unité, de notre souveraineté... Aujourd'hui, ne devrions-nous pas nous demander si notre réalité fait honneur à nos ancêtres? L'Université n'est-elle pas la mieux placée pour poser les bases de ce questionnement et proposer des pistes de solution? La dure réalité des Universités qui manquent de tout, qui elles aussi sont en crise, qui constatent malgré elles le faible taux d'employabilité de leurs diplômés ne peut pas nous faire oublier le lien indéfectible entre le drapeau et l'université: l'Université est la gardienne du drapeau et de la souveraineté nationale! 

L'Université est notre garantie d'un avenir radieux. Sans l'Université nous ne pourrons nous relever. À l'occasion des festivités du 18 mai, il est temps pour nous de nous réveiller et d’amorcer le virage nécessaire : l’indispensable déblocage de notre Université!

 

Paul MARTIAL


Aucun commentaire

Contributions

Aucun commentaire !

Soyez le premier à commenter cet article.

Même rubrique

Les articles de la même rubrique


Jan bwè, jamè sou!
Avis de décès
Charivari!
Me diri a!
Yo koken, yo mètdam
Veye Jèvilòm!
Ariel chanpyon!

Abonnez-vous à notre infolettre

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification par e-mail de chaque nouvel article.

Rejoignez les 3 060 autres abonnés!

Appuyer sur la touche "Entrée" pour effectuer une recherche.

Articles populaires

Paramètre du site

Thème